photo_jy6_transparent

Il nous semble fondamental que le futur modèle économique soit basé sur trois valeurs, à savoir le respect, la justice et la liberté.
Il s'agira d'une nouvelle matrice conçue à partir d'un concept philosophique, s'inscrivant dans la volonté d'affirmer une éthique humaniste pouvant ainsi construire une nouvelle "existence politique".
Cela veut dire que nous devrons "penser et agir" en respectant l'éthique fixée démocratiquement. Nous devrons concevoir l'économie humaniste comme un "tout" mais aussi dans un "tout" répondant à une logique globale d'harmonisation.
Cette logique repose sur l'acceptation de pouvoir réguler et maîtriser l'économie.
Elle repose aussi sur la volonté politique de régler le problème des inégalités entre les différents continents.
Cela implique une évaluation des besoins dans le monde actuel. Il ne peut y avoir d'harmonisation globale sans prise en compte des besoins urgents des différentes nations.
Sans éthique et sans volontarisme, comment pourrions nous parvenir à installer ce nouveau système économique et social ?
C'est lorsque nous désirons le respect comme "valeur première" que nous savons mesurer notre espace de liberté. La liberté est bonne lorsqu'elle est juste, lorsqu'elle se conjugue avec la valeur de respect car notre liberté s'arrête là où commence celle des autres.
Seul le respect permet le dialogue, le débat d'idées, les échanges et la construction d'une société de fraternité.
Construire une nouvelle économie humaniste est notre priorité car ce nouveau modèle sera certainement celui qui permettra à toute l'humanité de sortir de la crise économique mondiale que nous connaissons aujourd’hui.
Jean-Yves METAYER
Président du Think Tank Humanist Eco-citizens International

photo_jy3_transparent

FOR A NEW HUMANIST ECONOMY
It seems to us fundamental that the future economic model should be based on three values, namely respect, justice and freedom.
It will be a new matrix designed on the basis of a philosophical concept, in line with the desire to affirm a humanist ethic that can thus build a new "political existence".
This means that we will have to "think and act" while respecting the democratically established ethics. We will have to conceive the humanist economy as a "whole" but also in a "whole" responding to a global logic of harmonization.
This logic is based on the acceptance of being able to regulate and control the economy.
It is also based on the political will to solve the problem of inequalities between the different continents.
This implies an assessment of needs in today's world. There can be no global harmonisation without taking into account the urgent needs of the different nations.
Without ethics and voluntarism, how can we succeed in establishing this new economic and social system?
It is when we desire respect as a "primary value" that we know how to measure our space of freedom. Freedom is good when it is just, when it is combined with the value of respect, because our freedom ends where the freedom of others begins.
Only respect allows dialogue, the debate of ideas, exchanges and the construction of a society of fraternity.
Building a new humanist economy is our priority because this new model will certainly be the one that will enable all humanity to emerge from the global economic crisis we are experiencing today.
Jean-Yves METAYER